Safari en Tanzanie du sud et de l’ouest – Mes conseils

Loin des sentiers battus et du tourisme de masse, un safari en Tanzanie du sud vous emmène à la découverte de parc sauvages et peu fréquentés. Ils vous feront découvrir une nature encore intacte, des animaux peu habitués aux hommes.

Des safaris photos d’exceptions hors des sentiers battus.
Ces destinations ne s’étant ouvertes que récemment au tourisme, les logements y sont peu nombreux, de petites tailles, et assez exclusifs.
Pour des raisons de confort, nous vous y proposons des safaris de qualité avec transferts inter-parcs en avion : Avec un safari en Tanzanie du sud, je vous propose une prestation haut de gamme et d’exception.

Les parcs de Tanzanie du Sud

Le Parc National de Ruaha :

Très certainement l’un des plus beaux parcs du pays :
Sa topographie vallonée, une rivière magnifique, et de majestueux arbres créent ensemble l’un des paysages africains les plus fascinants.
Ses paysages sont faits de collines accidentées, de larges plaines, de bosquets de baobabs squelettiques et, le long de sa frontière sud, de la rivière de la Grande Ruaha. Sa végétation est dense par endroit et clairsemée à d’autres.
Les différences d’altitude et de topographie permet une grande variété tant au niveau de la flore que de la faune.
Beaucoup de ceux qui connaissent les parcs africains considèrent celui-ci comme l’un des secrets le mieux gardé, le situant parmi leurs préférés.
Situé au cœur du pays, Ruaha National Park est devenu assez récemment le plus large parc de Tanzanie mais également d’Afrique de l’Est, s’étant vu adjoindre la réserve de chasse de Usangu.

Hors des sentiers battus :
Les visiteurs y étant peu nombreux, il présente un aspect purement sauvage, un sentiment d’exclusivité.
Ruaha est un parc surprenant qui peut apporter quelque chose de nouveau même au plus expérimenté des voyageurs.

Une faune riche et variée :
Il abrite probablement la plus grande concentration en éléphants des parcs d’Afrique de l’Est, et une quantité impressionnante de carnivores.
De gigantesques baobabs, dont l’importante population d’éléphants apprécie particulièrement l’écorce, sont l’un des traits caractéristiques du parc.
Le parc a plus de 12 000 éléphants, ce qui représente la plus importante population de tous les parcs nationaux de Tanzanie (la Réserve du Selous avec ses 55-65 000 éléphants a quant à elle une population plus large).
Le parc abrite l’une des  plus importantes concentration des grands carnivores au monde , avec 10% des lions restant en Afrique, ainsi que de larges populations de lycaons, guépards, léopards et hyènes tachetées.
Ruaha est également connu pour ses énormes troupeaux de buffles et sa variété d’antilopes.  C’est le seul parc d’Afrique de l’Est réunissant les grands et les petits koudous, ainsi que l’hypotrague et l’antilope rouanne.
Un paradis pour les amateurs d’oiseaux,  avec plus de 570 espèces, touracos, rolliers, pinsons et crécerelles. On y trouve six espèces de vautours et de calaos, et les rapaces abondent.
Un réseau de pistes suit la rivière de la Grande Ruaha et ses affluents saisonniers auprès desquels impalas, cobes et autres antilopes risquent leur vie pour une lampée d’eau donneuse de vie.

Activités:
Comme dans tout autre parc, l’activité principale ici est le safari en 4×4, sur les pistes suivant la rivière Ruaha et les diverses rivières asséchées qui y affluent.
Contrairement à la Tanzanie du nord, vos safaris se feront ici avec les véhicules de vos hébergements (regroupé avec les autres voyageurs). Les rangers anglophones connaissent parfaitement les parcs et vous offrirons des prestations de très grandes qualités.
Certains camps proposent le safari à pied, mais dépendant des saisons.
Des camps volants peuvent être organisés à travers la brousse. Une promenade à l’aube, à la découverte des oiseaux vous permettra de découvrir l’environnement immédiat du camp.
Un séjour à Tandala Tented Camp vous permettra de visiter un village traditionnel masaï ainsi qu’un village swahili et son école.
Des safaris de nuits sont à présent possibles, mais seulement à partir de certains camps (nous contacter).

La savane vue du ciel pour encore plus de magie :
Depuis 2018, vous pouvez découvrir ce fabuleux parc vu du ciel grâce aux safaris en ballon possible de juin à octobre.

Quand découvrir Ruaha ?
Comme le reste de la Tanzanie du Sud, le parc de Ruaha a deux saisons des pluies.
La saison des petites pluies s’étend de novembre à février, et reverdit le parc après les mois de sécheresse, tandis que la saison des fortes pluies débute en mars et se termine en avril.
La température moyenne annuelle est d’environ 28°. La saison sèche qui  va de juin à octobre, peut connaitre des températures allant jusqu’à 35°.
Le meilleur moment pour visiter le parc, particulièrement pour les prédateurs et les grands mammifères, est probablement la saison sèche.
Cependant, la saison des pluies est propice à l’observation des oiseaux, des paysages verdoyants et des fleurs sauvages. Les rivières sèches comme Mwagusi, Mdonya ou Jongomero s’inondent alors.
Enfin, le mâle grand koudou est plus facilement visible en juin, saison des amours.


Parc National Nyerere (ex-Réserve du Selous)

Une contrée sauvage à découvrir à pied, en 4×4 et en bateau :
En 2019, la partie nord de la Réserve du Selous, depuis longtemps réservée aux safaris photographiques, est devenue un parc national, et a prit le nom de Parc National Nyerere.
Avec ses rivières, ses plaines, ses lacs, il fait partie d’un sanctuaire immense et relativement peu dérangé par l’impact de l’homme, et il permet de prendre la dimension de la nature sauvage africaine.
Vaste, sauvage et éloigné, c’est un contraste saisissant avec les autres parcs de Tanzanie dans bien des sens.
Le parc national Nyerere est dominé par le fleuve Rufiji qui s’étend dans une myriade de lacs et de deltas qui se remplissent et se vident avec les pluies. Le paysage est prédominé par des plaines couvertes de savanes et des forêts d’acacias et d’épais fourrés.
S’il devait y avoir un arbre comme emblème du parc Nyerere, ce serait le palmier doum ou le palmier borassus, tous deux abondamment présents le long des lacs et canaux participant du bassin du fleuve Rufiji.
Quant au fleuve Rufiji, il est sans aucun doute l’âme du parc national Nyerere et ce qui en fait une destination si particulière.

Réserve protégée la plus importante d’Afrique, la zone protégée du Selous (incluant le parc national de Nyerere et la réserve du Selous):
•est plus grande que la Suisse
•est quatre fois plus grande que le Serengeti
•couvre 5% de la surface totale de la Tanzanie
•comprend un tiers des terres sauvages protégées de Tanzanie

Une faune particulière pour les fans de safari photo
Le parc national de Nyerere, ensemble avec la réserve de Selous au Sud possède la plus importante population d’éléphants au monde .
Il y a également des gnous, des girafes, des bubales, des hypotragues, des koudous, des élans, des lions et des léopards.
Le parc abrite la plus importante population de lycaons ou loups peints, l’un des prédateurs les plus menacés au monde.
Les oiseaux, avec pas moins de 460 espèces, ne sont pas la moindre des attractions.

Activités: Différentes façons de découvrir la nature.
Safari en 4×4
, bien entendu, mais pas en minibus ou 4×4 fermé :
Vous bénéficierez ici de véhicules ouverts, spécialement conçus pour une découverte optimale de la nature. D’autre part, vous ne rencontrerez pas beaucoup d’autres véhicules durant vos sorties en brousse.
L’observation de la nature à pied est une expérience différente, possible ici. Les marches peuvent être au choix une promenade de 2 ou 3 heures à l’aube ou une randonnée de plusieurs jours, en séjournant en “camps volants” (camps de brousse temporaires). Mais n’y allez pas pour découvrir beaucoup de gros gibier, vous apprécierez les détails de la flore et de la faune plus que vous n’approcherez les animaux à pied.
Le bateau vous apporte encore un autre point de vue de découverte des animaux et des paysages. Cela pourra être plus excitant qu’il n’y parait de premier abord, particulièrement à l’approche des crocodiles assez impressionnants, et à celle des hippopotames surprenants par leur taille et leur vélocité.
La pêche est une autre activité possible dans certains lodges. Les eaux du fleuve Rufiji regorgent de poissons, la pêche commerciale comme la pêche sportive étant quasi inexistantes. Le tiger fish, de la famille du piranha, ainsi que le poisson-chat sont ferrés régulièrement.

Quand la découvrir ?
Le parc national de Nyerere est proche de l’équateur, et quasiment au niveau de la mer, il y fait donc souvent assez chaud.
De juin à octobre, durant la saison sèche, les animaux se rassemblant autour des points d’eaux (dans ce cas-ci : le fleuve Rufiji et les lacs connexes), leur observation en est facilitée.
Entre novembre et janvier, la réserve voit l’arrivée de pluies peu abondantes et les paysages habituellement secs et bruns deviennent superbement verts.
De mars à fin mai, il pleut à nouveau, mais nettement plus que de novembre à janvier et durant cette période la plupart des camps ferment.


Parc national de Saadani

Là où la savane rencontre l’océan
Saadani est le seul parc côtier de Tanzanie, et donc le seul endroit offrant à la fois de superbes plages de sable blanc et des safaris.
Il est situé à 130 km au nord de Dar es Salaam, entre Bagamoyo et Pangani, et à 27 km de Zanzibar.
Au Parc National de Saadani dominent surtout les forêts d’acacias, les bosquets côtiers et les miombos.
A l’embouchure du fleuve Wami, à la frontière sud, on trouve de vastes marécages de mangrove.

Un nombre surprenant de ruminants et de primates.
La réserve a souffert énormément du braconnage jusqu’à la fin des années 90, mais les dernières années ont vu un changement spectaculaire.
On peut y voir un grand nombre de ruminants et de primates, parmi lesquels girafes, buffles, phacochères, cobes à croissant, reduncas, bubales, gnous, céphalophes, grands koudous, élans, babouins, et grivets. On rencontre de plus en plus souvent des éléphants, et quelques troupes de lions sont présentes, tout comme le léopard, la hyène et le chacal à chabraque.
Les dauphins sont parfois vus au large, et les baleines effectuent leur migration à travers le détroit de Zanzibar.
Les plages de Saadani, enfin, abritent l’un des plus importants lieux de ponte des tortues de mer.

Activités: Entre plage et safari. 
Outre le safari classique en 4×4, le safari en bateau sur le fleuve Wami offre l’opportunité de découvrir les hippopotames, les crocodiles et une panoplie d’oiseaux de mer et de rivière.
Un autre point d’intérêt de ce parc national est qu’il abrite un village de pêcheurs avec encore quelques ruines Swahili.
Vous pourrez bien entendu profiter de la plage, mais aussi partir en excursion en mer sur un banc de sable au large, où vous pourrez plonger en apnée et peut-être rencontrer quelques dauphins.

Quand visiter Saadani ?
Le parc est généralement accessible de juin à mars, avril et mai étant les mois de fortes pluies.
Les meilleurs mois pour l’observation des animaux sont en janvier – février et de juin à août.


La Tanzanie de l’Ouest.

Parc National de Katavi

 

Un safari d’exception dans un parc reculé et sauvage.
Katavi est l’un des meilleurs parcs en Afrique. Son éloignement, son isolement en ont fait l’un des moins fréquentés, et des plus sauvages.
Troisième parc le plus large de Tanzanie, après Ruaha et Serengeti, sa taille est considérable. Toutefois, si le Serengeti voit passer plus de 120 000 visiteurs par an, le parc national de Katavi n’en a lui que quelques centaines. C’est dire le caractère unique et le niveau d’un safari dans un parc si peu accessible. Il donne la sensation d’être revenu des dizaines, si pas des centaines d’années en arrière.
Pour beaucoup de connaisseurs, une combinaison d’une semaine à Katavi et à Mahale représente l’un des meilleurs safaris en Afrique.
Il ne s’y trouve que quelques petits camps de tentes de luxe pour se partager ces 4 500 km² de nature sauvage.

De la vie autour des points d’eau.
Situé aux confins sud-ouest de la Tanzanie, à quelques kilomètres seulement du Lac Tanganyika, éloigné de tout, le Parc National de Katavi est le troisième du pays par sa taille.
Une grande partie du parc est couverte de forêt de brachystegias, qui abrite des populations d’élans, d’hypotragues et d’antilopes rouannes
Mais l’attrait principal pour les safaris se situe plus autour de la rivière Katuma, des plaines inondables environnantes, ainsi que des lacs de Katavi et Chada qui attirent des troupeaux énormes venant des collines éloignées.
D’énormes troupeaux de milliers de buffles et de larges troupes de lions se rencontrent quotidiennement, et s’affrontent dans les luttes spectaculaires. Le nombre d’hippopotames et de crocodiles qui se regroupent dans des marres est également impressionnant, pouvant aller à son apogée jusqu’à plusieurs centaines hippos dans une marre!
Des hardes d’éléphants, de nombreux zèbres, girafes, bubales, léopards, cobes, hyènes permettent à ce parc de rivaliser avec les meilleurs d’Afrique en termes de safaris.

Quand visiter Katavi ?
C’est pendant la saison sèche, lorsque les eaux se retirent que Katavi se montre vraiment. La Katuma s’atrophie alors pour ne plus être qu’un bourbier. Etant la seule source d’eau, sa plaine attire alors des concentrations de gibier inimaginables.
Le parc National de Katavi connait deux saisons seulement, une saison sèche qui court de juin à octobre et une saison des pluies qui va d’octobre / novembre à mai.
Comme à Selous et à Ruaha, la saison sèche avançant, les animaux se concentrent de plus en plus autour des points d’eau, quittant les collines pour rejoindre les plaines et les safaris se font de ce fait de plus en plus aisément.
Les premières pluies après la saison sèche arrivent vers la fin d’octobre. De juillet à octobre sont donc considérés comme le meilleur moment pour aller en safari, la faune étant visible plus facilement.
Le début de la saison des pluies (jusqu’à février) peut offrir un safari à la fois surprenant et intéressant. Le parc vire au vert et les animaux sont généralement moins nerveux qu’en saison sèche.

Entre safari en 4×4 et à pied. Du hors piste toléré pour un sentiment de liberté. 
L’activité principale à Katavi est le safari en 4×4 de jour. Certains camps proposent les safaris à pied ainsi que les camps volants, pour une découverte de la nature plus aventureuse. Il faut noter aussi que le hors piste est plus toléré ici que dans bien d’autres parcs, prodiguant un certain sentiment de liberté.


Parc National de Mahale.

Le royaume des chimpanzés sur les rives du lac Tanganyika.
Parc idéal pour l’observation des chimpanzés, Mahale est l’un des endroits les plus isolés et aux paysages à couper le souffle d’Afrique de l’Est. Les montagnes, la forêt et les eaux cristallines du lac Tanganyika s’allient pour en faire une destination unique pour un safari africain. C’est probablement le plus différent et le plus spécifique des parcs nationaux de Tanzanie.
Les monts Mahale sont recouverts de forêts denses qui s’étendent des eaux cristallines du lac jusqu’à 2 500 mètres au dessus du niveau de la mer.
Le Parc de Mahale certainement l’un des meilleurs points d’observation des chimpanzés en Afrique. Il y a entre 1,500 et 2,000 chimpanzés dans le parc.
Les chimpanzés mis à part, la forêt de Mahale est magique à découvrir. Cet enchevêtrement de cours d’eau et de chutes, héberge également huit autres espèces de primates, incluant les colobes guereza, les colobes rouges, et les colobes à queue rouge.
De nombreux autres mammifères sont répertoriés dans le parc. Certains, comme le potamochère, sont relativement communs. Le léopard, s’il n’est pas vu très souvent, est par contre entendu régulièrement.
Il y a plus de 300 espèces de papillons enregistrées et les pentes ouest des Monts Mahale sont particulières, incluant des espèces de la savane est et sud africaine, et des espèces de la forêt ouest et centre africaine et du bassin du Congo.

Activités: 
Le sommet le plus élevé des Mahale s’élève à 2,462m, et la seule manière d’explorer ce parc est à pied. S’il n’y a pas de route, de nombreux chemins et sentiers permettent aux visiteurs de profiter de superbes marches en forêt, et d’y rencontrer les nombreux habitants des forêts du bas, des bois et de la savane.
Paradis du pêcheur à la ligne, le parc National de Mahale est aussi l’un des meilleurs endroits pour pêcher sur le lac Tanganyika. En raison d’un contrôle sévère aux frontières du parc, le poisson est très abondant dans cette zone. Le Sangara ou perche du Nil est l’un des poissons qui peut y être pêché.
La natation et la plongée en apnée sont d’autres plaisirs des rives du lac Tanganyika.

Quand découvrir Mahale ?
Mahale a deux saisons, une saison sèche de juin à octobre et une saison des pluies de novembre à mai.


Parc National de Gombe.

 

Gombe et ses chimpanzés : Mondialement connus grâce aux travaux de Jane Goodall.
Le Parc de Gombe est une longue bande de terrains accidentés et montagneux dominés par des crêtes abruptes. Le paysage est étonnant, avec plus de seize principales vallées ayant des ruisseaux rapides abondants toute l’année.
La spécificité du parc est les chimpanzés, rendus célèbres par les études de Jane Goodall.
Les autres mammifères les plus visibles à Gombe sont les babouins verts, les colobes rouges et les colobes à queue rouge. Le parc abrite par ailleurs plus de deux cents espèces d’oiseaux, allant de l’aigle pêcheur au vautour palmiste.

Gombe, un paysage étonnant
Gombe, sur les bords du lac Tanganyika à l’Ouest de la Tanzanie, est le plus petit parc du pays.
C’est une longue bande de terrain accidenté et montagneux, dominée par de nombreuses crêtes, pentes abruptes et vallées. Le paysage de Gombe est étonnant, la plupart de ses 16 principales vallées abritant des cours d’eau rapides coulant toute l’année. Ceux-ci permettent aux larges mammifères de s’abreuver, ce qui est d’une importance capitale durant la saison sèche, une partie de la faune ne n’approchant jamais des bords du lac. La zone est couverte d’un complexe mosaïque de végétations différentes, de zones herbeuses au sommet des crêtes aux denses forêts du fond des vallées en passant par les forêts d’arbres à feuille semi caduques sur les pentes.
Étant un petit écosystème isolé, entouré de limites évidentes, le parc survit comme habitat naturel. Le lac Tanganyika, qui se trouve à 772 m au dessus du niveau de la mer, forme la limite ouest. Le haut mur de l’escarpement du rift, qui s’élève à 750 m au dessus du lac, forme la limite est.

Activités:
C’est un parc sans routes, où vous pouvez vous promener et découvrir la nature avec tous vos sens. Le suivi des chimpanzés commence généralement tôt le matin, les guides partant généralement de la zone où les chimpanzés ont niché la nuit précédente.
Si une randonnée aux chimpanzés est bien sûr l’activité principale, nager et faire de la plongée en apnée ensuite dans le lac est rafraîchissant.
Le site du célèbre «Dr Livingstone I présume» de Henry Stanley à Ujiji près de Kigoma peut également être visité.

Quand y aller ? :
Le parc est ouvert toute l’année, mais les meilleures périodes pour le visiter sont pendant la saison sèche (de mai à octobre) et pendant les courtes pluies (en janvier et février).